4N40791_normalLa plus haute qualité possible est obtenue en utilisant un appareil de grand format capable de fournir des négatifs de 10 x 12,5 cm (4″ x 5″) ou même 20 x 25 cm (8″ x 10″). Le coût de revient de l’appareil et des photographies est élevé, l’utilisation est aussi beaucoup plus difficile que celle d’un appareil reflex 35 mm ou argentique, la profondeur de champ est très restreinte mais la retouche des négatifs est possible et l’on peut même réaliser des épreuves directement par contact, ce qui est essentiel si l’on souhaite par exemple faire des tirages de très haute qualité au platine.

Sur les chambres de grand format, la mise au point se fait sur un verre dépoli au niveau où se formera l’image réelle qui impressionnera le film. Cela procure une netteté que même les meilleurs appareils reflex ne peuvent pas atteindre. Cependant, ces appareils sont totalement inadaptés à la photographie rapide et il faut de plus faire attention au flou de bougé dû aux mouvements du modèle, car la nécessité de fermer beaucoup le diaphragme oblige à adopter des temps de pose assez longs. Il y a également un décalage dans le temps entre la mise au point et la prise de vue elle-même, car il faut introduire le châssis contenant le film à la place du dépoli et ouvrir le volet de protection avant de pouvoir déclencher.

On est parfois très étonné de la qualité de rendu des détails de photographies datant parfois de 120 ou 150 ans. À l’époque, les surfaces sensibles et les objectifs étaient d’une qualité bien moindre que celle des productions actuelles mais … les chambres de grand format régnaient en maîtresses dans le petit monde de la photographie.